Ô ma mémoire. La poésie, ma nécessité

  • PDF

Quatre-vingt-huit. 88. Chiffres doubles dont chacun, placé horizontalement, figure la plus implacabile des apories: l’infini. Je les perçois aujourd’hui comme un appel, pisqu’ils correspondent au cap que je viens de franchir, celui de mes quatre-vingt-huit ans.

Il est temps de m’interroger sur ce qui vit en moi de plus significatif. Sur ce qui, par-delà mes engagements biographiques liés aux circostances de l’histoire, à la profession de diplomate, à ce sentiment de responsabilità pour un monde en péril, constitue le fond de ma confiance en moi: le goût de la poésie.

Il s’agit bien d’un goût, non d’une œuvre. Attirance pour les poèmes des autres, pour tous ceux qui je retrouve avec un plaisir toujours neuf, que j’ai hâte de me réciter à moi-même pour scander les étapes de mes journées ou de réciter aux autres, avec la fierté de les savoir par cœur et la hantise d’en avoir oublié un mot, un vers, une strophe.

Ainsi la désir est né en moi, à la fois brusque et impérieux comme tout vrai désir, mais ensuite hésitant et intimidé, de communiquer à d’improbables lecteurs ma longue expérience de l’émotion poétique et aussi la sorte de liberté que cette émotion distille lorsque l’on atteint le seuil de la mort.

Cara au goût de la poésie s’est associé en moi celui de la mort, comme de l’expérience suprême de la vie, non pour la fuir, mais pour l’accomplir, de même que l’on va sans angoisse, mais au contraire avec gratitude, jusqu’au terme d’une œuvre où figure comme dernier mot le mot «fin».

da  Ô ma mémoire. La poésie, ma nécessité di Stéphane Hessel, ed. Éditions du Seuil

«J’ai décidé que la poésie était ma patrie, mon paysage spirituel, ma passion.»

Stéphane Hessel se prête à l’exercice d’une autobiographie poétique. 88 poèmes, comme 88 printemps, qui l’ont accompagné dans les moments les plus doux et les plus graves de son existence. Cette «trilingologie poétique» ravive la mémoire du diplomate qui apprit les poèmes de Keats, Rilke et Apollinaire par cœur.

La poésie comme respiration, la poésie comme soutien, la poésie comme nécessité.

Categoria: biografia e poesia

Giudizio Pier: anche un vecchio, saggissimo, partigiano, uomo politico, diplomatico – chi più ne ha, più ne metta – ha necessità della poesia. E qui, prova a raccontare la sua vita con 88 opere poetiche, tante quanti i suoi anni.

Consiglio: entusiasmante!

Il comodino di Pier